Apprendre l’anglais avec des films, pop corn salé ou sucré ?

Apprendre l’anglais avec des films. Consultez notre dossier complet : Apprendre l’anglais avec des vidéos !

Entre cours théoriques à l’école et les innombrables méthodes que l’on peut trouver sur Internet, apprendre l’anglais peut se révéler ardu. Depuis plusieurs années, l’apprentissage de l’anglais se diversifie et se « numérise ». Avant, nous apprenions l’anglais dans des livres avec des cours de grammaire parfois insupportables. Mais maintenant, on peut apprendre de n’importe quelle source, livre, chanson, « sur le tas », film, série… Quand on veut et où on veut.

Justement, les films parlons-en. Outre l’aspect divertissant de ces derniers, ils incarnent pour la plupart un moyen de transmettre des messages, des valeurs, une morale. Mais il sont aussi vecteurs de connaissances. Il n’est pas rare de conseiller à une personne de visionner des films dans une langue pour se familiariser avec celle-ci.

Apprendre l’anglais avec des films historiques

Ces films se basent, obvioulsy, sur des faits historiques. En plus de nous en apprendre un peu plus sur l’Histoire, certains d’entre eux peuvent être de « véritables » profs de langues.

The Imitation Game

Seconde guerre mondiale, les allemands gagnent du terrain et personne ne peut rien y faire. Alan Turing, stigmatisé étant enfant et mathématicien de génie, est recruté pour décrypter la machine Enigma. Enigma était une machine qui envoyait des messages cryptés tous les matins à 6h précise via des bulletins météo. Turing et son équipe réussissent tant bien que mal à décrypter Enigma, mais sont confrontés à un problème : comment utiliser les informations qu’ils récoltent sans révéler aux allemands qu’ils ont décrypté Enigma ?

 

Avec un casting quasi 100% anglais, on ne peut rêver mieux pour reconnaitre et adopter l’accent « British ». Si vous le souhaitez, vous pouvez utiliser les sous-titres en anglais ou en français, selon votre niveau. Dans tous les cas, il est indispensable que le film soit en VO. Ce qui est intéressant avec ce film, c’es repérer les quelques quiproquos volontairement (ou non) créés par Alan avec ses collègues. Cela peut nous faire travailler votre compréhension de l’anglais non formel.

The King’s Speech

Le prince George VI doit prendre la succession au trône lorsque son frère, le prince Edouard VIII abdique afin d’épouser une noble américaine en instance de divorce. George VI est réticent à monter sur le trône à cause de son bégaiement. Sa femme lui présente alors un orthophoniste australien, Lionel Logue. Le grand publique reconnait ses progrès lorsqu’il prononce le discours radiophonique d’entrée du Royaume-Uni dans la guerre contre l’Allemagne lors de la Seconde Guerre mondiale.

Ici encore, on reste avec un casting majoritairement anglais. Ce qui est intéressant, c’est la confrontation entre l’anglais « monarchique » et l’anglais plus roturier de Logue. Si vous ne faites pas la différence entre les intonations de Logue et de George VI, vous verrez que le ton n’est pas vraiment le même. En plus du langage plus diversifié que dans « The imitation game », et des accents légèrement différents, vous avez le droit à des cours de diction !

Ne soyons pas trop sérieux

La dimension historique néglige parfois le côté léger, un peu décalé dont certains films ont besoin pour que le public les apprécient à leur juste valeur. Les comédies en général sont ce qu’on pourrait conseiller à ceux qui veulent apprendre l’anglais avec des films. Dans le sens où celles-ci sont assez simples à comprendre vu qu’elles traitent de sujets du quotidien bien que parfois déjantés.

Monty Python and the Holy Grail !

On peut considérer les films des Monty Python comme des mini épisodes mis les uns à la suite des autres. En effet, dans Monty Python and the Holy Grail !, on raconte la légende d’Arthur et sa quête de chevaliers de la table ronde ainsi que du Graal. On le voit ainsi tour à tour, passer dans la campagne à la recherche de chevaliers, braver des dangers dans sa quête du Graal et ainsi de suite…

Bien que le film en lui-même soit un monstre de comédie, il nous donne une montagne d’informations ! Revenons au Moyen-Âge, pour y retrouver cet accent si particulier qu’est l’accent « British ». Mais aussi, et surtout, la forme que l’anglais avait avant. On en a un bon exemple lors de la rencontre d’Arthur avec le Chevalier noir. Suite à un affrontement grotesque, le Chevalier noir se retrouve amputé de son bras gauche. Arthur croit en sa victoire, mais le chevalier noir persiste en disant à propose de son bras : « tis but a scratch ». Les pronoms comme, « this, the, that » et les autres commençant par « th » ont évolué au cours des siècles. Néanmoins, il n’est pas rare de trouver ces pronoms sous ces formes dans des travaux plus « littéraires ».

Love Actually

Apprendre l’anglais avec des films de comédie romantique n’est peut être pas ce à quoi vous pensiez au début de l’article, mais ce n’est pas infaisable. Love Actually est l’un des films de noël le plus connu ! Mêlant 9 histoires qui se recoupent au fur et à mesure que le film avance, les situations cocasses, parfois gênantes se multiplient. Le film s’interroge sur l’amour, ses différents aspects et son « degré d’importance ».

Traitant de sujets universels, Love Actually propose des répliques plutôt simples à comprendre ainsi qu’à retenir. L’amour et noël sont deux choses que nous connaissons, ou plutôt comprenons, plutôt bien. C’est grâce à cela que vous pourrez comprendre, même en étant novice, les différentes intrigues qui composent ce film. Ici aussi, je crois qu’il est inutile d’activer les sous-titres. D’au temps plus que les acteurs parlent suffisamment « lentement » pour que nous ayons le temps d’analyser ce qu’ils disent.

La tragédie, style intemporel

Warning : que l’on soit bien d’accord. Même si le titre de ce paragraphe contient le mot « tragédie », ce qui va suivre n’est pas que de la tragédie. On va considérer cette section comme étant un regroupement de films dont le déroulement est fâcheux. Doux euphémisme.

A Beautiful Mind

John Nash est un brillant mathématicien dont les travaux sont vite remarqués par un agent fédéral, William Parcher. Ce dernier lui propose de l’aider à débusquer de potentiels agents russes qui prévoient un attentat sur le territoire américain en décryptant des messages secrets dans la presse. Malheureusement, il s’avère que John est schizophrène et que William n’est que le fruit de son imagination. Après des années de luttes avec sa maladie, il reçoit le prix Nobel d’Économie.

Outre le fait que ce film soit très émouvant, le registre change encore. On passe à quelque chose de plus technique et plus profond. En témoignent les différentes crises de schizophrénie de John. Le film est une vraie mine d’or terminologique. Si vous connaissiez déjà ce film avant de lire cet article, les sous-titres ne sont peut être pas envisageables. En ce qui concerne les novices, je recommanderais sûrement de mettre les sous-titres au moins la première fois, pour s’habituer au rythme et au vocabulaire.

Romeo and Juliett

Je crois que je n’ai même pas besoin de présenter ce film tellement il a été adapté, réadapté et re-réadapté… On le connait sous toutes ses coutures. Pour ceux qui ne connaitraient vraiment pas, voici un résumé très bref : c’est une histoire d’amour interdite entre deux enfants de clans opposés de la ville de Vérone (Italie), les Capulet (Juliette) et les Montaigu (Roméo). S’aimant et se mariant en secret, une situation tragique amène à la mort des deux amants.

 

apprendre l'anglais aves des films

D’un point de vue purement textuel, cette pièce de théâtre (à l’origine) est un chef d’œuvre. Ce titre rejoint un peu la description que nous avons plus haut sur « Monty Python and the Holy Grail ! ». Le petit plus de cette pièce, c’est qu’elle a été adaptée de nombreuses fois à la télé, ce qui la rend parfaite pour apprendre l’anglais avec des films.

 

Apprenez l’anglais avec des séries, il n’y a pas que les films dans la vie.